À l’Insee, la CFDT enquête sur les coûts du télétravail

temps de lectureTemps de lecture 2 min

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 09/06/2021 à 15h03 et mis à jour le 10/06/2021 à 09h36

La CFDT Insee a mené l’enquête auprès des 5 300 agents de l’Institut.
La CFDT Insee a mené l’enquête auprès des 5 300 agents de l’Institut.© DR

1. Institut national de la statistique et des études économiques

Dans le rapport coûts/bénéfices, certains chiffres valent parfois mieux qu’un long discours. Soucieuse de discuter cartes sur table la question du télétravail avec la direction, la CFDT Insee1 a mené l’enquête auprès des 5 300 agents de l’Institut sur les frais liés au télétravail. Les résultats, publiés en mai dernier, ne laissent pas de place au doute. « Sur l’année 2020, le surcoût est en moyenne de 225 euros », alerte Nathalie Bailly.

Si la diminution des frais de déplacement est mise en avant par neuf répondants sur dix, ils sont tout autant (93 %) à avoir vu leur frais augmenter. Pour 19 % des répondants, le surcoût est inférieur à 100 €, mais pour 20 %, il dépasse les 300 €. De quels frais parle-t-on ? Électricité et chauffage pour l’essentiel (respectivement 86 % et 71 %), mais aussi frais de mobilier (32 %) nécessaires à l’installation et frais de repas (57 %) – liés à l’absence de participation de l’employeur. Au total, ils ne sont que 15 % à mentionner des économies supérieures aux frais supplémentaires.

Indemnité de télétravail

À propos de l'auteur

Guillaume Lefèvre
Journaliste

Face à ce constat, la CFDT Insee revendique la mise en place d’une indemnité de télétravail, que ce soit pour le télétravail classique ou exceptionnel. « Cette indemnité pourrait être constituée d’une part fixe destinée à couvrir les frais de mobilier ou d’installation (indemnité rétroactive pouvant couvrir les achats de mobilier/frais d’installation de 2020) ainsi qu’une part variable proportionnelle au nombre de jours de télétravail (afin de couvrir les consommables et augmentations de dépenses). » Chiffres à l’appui, la CFDT Insee ira porter ses revendications auprès de la direction de l’établissement et de son ministère de tutelle (Économie et Finances). Au niveau national, la CFDT Fonctions publiques pourrait, elle aussi, s’y référer dans la négociation télétravail dans les fonctions publiques actuellement en cours.