Accompagner et prévenir, la stratégie de la F3C face aux discriminations

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3778

Plus qu'une question sociétale, la F3C-CFDT cherche à faire de la lutte contre les discriminations LGBTQI un axe fort de la politique de diversité dans l'entreprise.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 17/05/2021 à 10h41 et mis à jour le 17/05/2021 à 12h05

image
FC3

Engagée depuis des années dans la lutte contre les discriminations LGBTQI, la Fédération conseil communication culture (F3C) poursuit son travail d’écoute et d’accompagnement des victimes de discriminations ce 17 mai, journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, ce 17 mai. « Aujourd’hui encore, une personne sur trois considère que révéler son homosexualité au travail peut lui porter préjudice », rappelle-t-elle à cette occasion.

Dans le détail, 39 % des personnes LGBT qui révèlent avoir déjà subi des attitudes négatives au travail et 20 % qui estiment avoir été discriminées dans leur recherche d’emploi ou dans leur carrière durant l’année écoulée. « Les comportements discriminatoires sont encore trop nombreux à perdurer dans le monde du travail (non-augmentation, mise au placard, insultes, harcèlements…), insiste Marie Buard, secrétaire nationale de la F3C. « Nous sommes toutes et tous concernés pour faire face, lutter et éliminer toutes les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre ».

Mobiliser les entreprises et les IRP

Au-delà de l’accompagnement stricto sensu, la fédération cherche surtout à prévenir les discriminations au travail via une politique de diversité formalisée. Elle exige en ce sens la négociation, dans les entreprises, d’accords sur l’égalité des droits et des chances qui condamnent toute forme de stigmatisation, garantissent des droits égaux pour tous les salariés (retraite, réversion, prestations familiales, rente accident du travail…) et impulsent une politique préventive en lien avec les instances représentatives du personnel. « L’homophobie n’a sa place ni dans le monde du travail, ni dans la société en général, martèle de son côté Laurent Berger. La CFDT continuera à se battre sans relâche contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre partout où elles se manifestent ».