Aide familiale à domicile : du soutien au quotidien

Deux fois par semaine, Valérie est présente  au sein de cette famille  qui compte cinq enfants. Jean-Noël, le père, travaille de nuit dans  une usine et Valérie,  la mère, est porteuse  d’un handicap.
Deux fois par semaine, Valérie est présente au sein de cette famille qui compte cinq enfants. Jean-Noël, le père, travaille de nuit dans une usine et Valérie, la mère, est porteuse d’un handicap.© Vincent Jarousseau

iconeExtrait du magazine n°470

Valérie Taclet a 52 ans. Depuis trente-trois ans, cette adhérente CFDT exerce en tant que technicienne de l’intervention sociale et familiale (TISF), à Fourmies, dans le Nord, au sein de l’association Aide familiale à domicile. Son rôle est d’accompagner des familles à leur domicile à travers les actes du quotidien, de les informer sur leurs droits et de les orienter vers des structures-relais ou d’autres professionnels du secteur.

Publié le 05/02/2021 à 09h01

Les TISF interviennent entre trois et quatre heures par jour, souvent plusieurs fois par semaine, et parfois depuis de nombreuses années. Un métier qui demande beaucoup de finesse et de subtilité. Dans un territoire miné par la désindustrialisation et le chômage, le travail mené par Valérie et ses collègues est fondamental pour tenter de casser le cercle vicieux de la « reproduction sociale ». Ni nounous ni aides à domicile, elles interviennent dans les familles après avoir défini un projet avec les bénéficiaires. Très active, Valérie ne compte pas ses heures. En complément de ses interventions auprès des familles, elle anime des activités collectives, le plus souvent avec des femmes, dans le cadre des contrats d’engagements réciproques (CER), afin de favoriser l’insertion sociale et professionnelle des allocataires du RSA.

Être TISF consiste  à recréer du lien dans  la famille par le biais d’activités communes comme les jeux de société, la préparation d’un goûter ou l’organisation d’une sortie. Le maître-mot  de Valérie, c’est « faire ensemble » afin d’instaurer entre les frères, les sœurs et les parents du dialogue.
Être TISF consiste à recréer du lien dans la famille par le biais d’activités communes comme les jeux de société, la préparation d’un goûter ou l’organisation d’une sortie. Le maître-mot de Valérie, c’est « faire ensemble » afin d’instaurer entre les frères, les sœurs et les parents du dialogue.© Vincent Jarousseau
Le travail des TISF a beaucoup évolué ces dernières années. Elles ne sont plus uniquement affectées à des tâches domestiques mais interviennent dans le champ éducatif.
Le travail des TISF a beaucoup évolué ces dernières années. Elles ne sont plus uniquement affectées à des tâches domestiques mais interviennent dans le champ éducatif.© Vincent Jarousseau
Ces temps d’échange au sein des familles sont le moyen pour Valérie de réinstaurer des règles de vie.
Ces temps d’échange au sein des familles sont le moyen pour Valérie de réinstaurer des règles de vie.© Vincent Jarousseau
Ces temps d’échange au sein des familles sont le moyen pour Valérie de réinstaurer des règles de vie.
Ces temps d’échange au sein des familles sont le moyen pour Valérie de réinstaurer des règles de vie.© Vincent Jarousseau
Valérie a emmené une partie de la famille en balade dans la forêt.
Valérie a emmené une partie de la famille en balade dans la forêt.© Vincent Jarousseau
La voiture de Valérie est une véritable ludothèque mobile. Les jeux de société sont l’un de ses principaux outils de travail.
La voiture de Valérie est une véritable ludothèque mobile. Les jeux de société sont l’un de ses principaux outils de travail.© Vincent Jarousseau
Valérie arrive chez Virginie. Cette mère  de famille ne travaille pas. Son mari est ripeur.
Valérie arrive chez Virginie. Cette mère de famille ne travaille pas. Son mari est ripeur.© Vincent Jarousseau
Avec les jeux de société, les livres de jeunesse constituent un outil pédagogique essentiel. Même si elle prend des cours d’alphabétisation (grâce aux interventions de Valérie), Virginie est dans l’incapacité de lire des histoires à ses filles.
Avec les jeux de société, les livres de jeunesse constituent un outil pédagogique essentiel. Même si elle prend des cours d’alphabétisation (grâce aux interventions de Valérie), Virginie est dans l’incapacité de lire des histoires à ses filles.© Vincent Jarousseau
Valérie s’improvise coiffeuse pour la fille  de Virginie.
Valérie s’improvise coiffeuse pour la fille de Virginie.© Vincent Jarousseau
En l’absence de Valérie, les enfants de Virginie ne bénéficieraient pas d’une aide aux devoirs. Nombre des enfants au sein de ces familles rencontrent de très lourdes difficultés scolaires.
En l’absence de Valérie, les enfants de Virginie ne bénéficieraient pas d’une aide aux devoirs. Nombre des enfants au sein de ces familles rencontrent de très lourdes difficultés scolaires.© Vincent Jarousseau
Le lien créé par Valérie au sein des familles est essentiel pour gagner  la confiance des parents.
Le lien créé par Valérie au sein des familles est essentiel pour gagner la confiance des parents.© Vincent Jarousseau
Valérie vient depuis douze ans, le samedi, chez Nathalie, la mère de Priscilla et Nathan, dans le cadre d’une prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Priscilla, 17 ans, vit la semaine en famille d’accueil et Nathan (15 ans), est placé dans un foyer en Belgique.
Valérie vient depuis douze ans, le samedi, chez Nathalie, la mère de Priscilla et Nathan, dans le cadre d’une prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Priscilla, 17 ans, vit la semaine en famille d’accueil et Nathan (15 ans), est placé dans un foyer en Belgique.© Vincent Jarousseau
Priscilla sera majeure dans quelques mois.  Elle ne dépendra plus de la protection de l’enfance. Cette transition l’inquiète. Valérie est l’une des rares personnes à qui elle peut demander conseil  et se confier.
Priscilla sera majeure dans quelques mois. Elle ne dépendra plus de la protection de l’enfance. Cette transition l’inquiète. Valérie est l’une des rares personnes à qui elle peut demander conseil et se confier.© Vincent Jarousseau