Campagne saisonniers : Et toujours le problème du logement abonné

Pour cette 21e édition de la campagne saisonniers, des dizaines de militants se sont une nouvelle fois mobilisés pour aller à la rencontre des salariés. Leurs préoccupations portent sur le logement, les salaires… et le chômage.

Par Marie-Nadine Eltchaninoff et Didier Blain— Publié le 30/08/2019 à 08h20 et mis à jour le 14/01/2021 à 19h35

« Le logement reste le problème no 1 des saisonniers, commence Inès Minin, la secrétaire nationale qui pilote ce dossier et a suivi de nombreuses équipes militantes au cours de l’été. Les employeurs se plaignent, arguant qu’ils ont des difficultés à recruter mais sans proposer des logements décents aux saisonniers. Tant que les acteurs locaux ne régleront pas cette question sur leur territoire, les difficultés de recrutement perdureront. »

C’est le cas en Corse, où l’équipe CFDT a effectué deux étapes, l’une à Saint-Florent et l’autre à Bonifacio. Selon Marie-Josée Salvatori, secrétaire générale de l’Union régionale interprofessionnelle (URI) de Corse, « la situation est contrastée. D’un côté, les professionnels du tourisme signalent une baisse de la fréquentation et se plaignent de ne pouvoir recruter du personnel ; de l’autre côté, on trouve des structures qui n’ont pas de problèmes de recrutement. Ces dernières sont des entreprises où les cadences sont moins élevées, les jours de repos respectés, les salaires décents… »

Les saisonniers corses ont sensiblement les mêmes préoccupations qu’ailleurs : hébergement, salaire, heures supplémentaires, jours de repos, etc. Mais ils ont aussi évoqué leurs inquiétudes quant aux évolutions de l’assurance-chômage et notamment sur les six mois de cotisations nécessaires pour toucher les allocations. « Peu de structures emploient les saisonniers aussi longtemps », regrette Marie-Josée Salvatori.

Beaucoup d’intérêt pour l’application

À l’autre bout de la France, l’URI des Hauts-de-France mène sa campagne depuis une vingtaine d’années auprès des saisonniers du Touquet, de Zuydcoote, Malo-les-Bains, Berck, Fort-Mahon, Boulogne-sur-Mer, Calais, etc. L’itinéraire est balisé et les militants sont rodés à la prise de contact, que ce…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous