Chez Carrefour, le transfert de magasins en location-gérance ne passe toujours pas

temps de lectureTemps de lecture 3 min

Par Fabrice Dedieu— Publié le 04/05/2021 à 13h33

image
© Laurent Cerino/RÉA

Carrefour ne compte pas ralentir la cadence en 2021. À la mi-avril, le distributeur a annoncé que 47 magasins (37 supermarchés et 10 hypermarchés) allaient passer en location-gérance, emportant avec eux 3 486 salariés, qui sortiront du groupe. Depuis 2018, plus d’une centaine de magasins ont déjà été transférés.

« Que veut faire l’entreprise ? Les résultats du premier trimestre 2021 sont très bons, et l’entreprise va racheter pour 500 millions d’euros d’actions. Une façon d’augmenter le cours en Bourse. Elle aurait pu choisir de renforcer l’offre et les prix, rénover les magasins », estime Sylvain Macé, délégué syndical central CFDT, qui demande que des alternatives soient étudiées. Et compte bien mettre ses propositions sur la table lors d’une réunion avec la direction prévue début juin.

Une perte moyenne de 2 300 euros par an

La CFDT demande aussi la négociation d’un nouvel accord pour éviter que les salariés transférés perdent trop d’avantages dans ce tour de passe-passe. Car le passage en location-gérance provoque pour les salariés une perte estimée en moyenne à 2 300 euros par an. Bientôt concernés, ceux de l’hypermarché de Lomme (Nord) se sont mis en grève le samedi 24 avril. Courant mai, une campagne sera lancée en direction des maires et des parlementaires « pour les sensibiliser sur leurs territoires à ce qui se passe, et leur demander de nous soutenir dans l’action », indique le délégué syndical. Bien conscient que la bataille se joue aussi dans les territoires.