En Birmanie, la démocratie est en péril

iconeExtrait de l’hebdo n°3771

Par Yvan Ricordeau— Publié le 30/03/2021 à 12h00

Yvan Ricordeau, secrétaire national
Yvan Ricordeau, secrétaire national© Virginie de Galzain

Depuis maintenant deux mois et le coup d’État perpétré par la junte militaire – qui a refusé de reconnaître le résultat des élections et la victoire de la Ligue nationale pour la démocratie –, les citoyens birmans se mobilisent massivement afin de défendre la démocratie et leurs libertés. Un mouvement d’une ampleur exceptionnelle réprimé dans le sang par l’armée au pouvoir.

A ce jour, près de 500 personnes ont été tuées, les arrestations s’accroissent et les coupures d’accès à internet deviennent la norme. À travers le pays, les syndicalistes sont en première ligne et s’organisent. Au côté de la jeunesse du pays, elle aussi en pointe de la contestation, ils multiplient les grèves et les manifestations, avec le même leitmotiv : que leur vote soit respecté.

La CFDT exprime naturellement sa solidarité avec les travailleurs birmans et leur vient en aide en apportant un soutien financier à la CTUM, la Confédération des syndicats birmans. Avec la Confédération syndicale internationale, nous appelons la communauté internationale à agir en sanctionnant les auteurs de ces massacres et en faisant pression sur les directions des entreprises présentes dans le pays.