En Russie, les atteintes aux libertés se multiplient

temps de lectureTemps de lecture 2 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3765

De nombreuses manifestations ont lieu dans tout le pays pour réclamer la libération de l’opposant Alexei Navalny et dénoncer un pouvoir corrompu, malgré une répression croissante. La CFDT dénonce une atteinte aux libertés fondamentales.

Par Marie-Nadine Eltchaninoff— Publié le 16/02/2021 à 13h00

Des centaines de milliers de manifestants, dont de très nombreux jeunes, réclament la libération de l’opposant Alexei Navalny. Vladimir Poutine, à défaut de le réduire au silence, fait tout pour le rendre inéligible…
Des centaines de milliers de manifestants, dont de très nombreux jeunes, réclament la libération de l’opposant Alexei Navalny. Vladimir Poutine, à défaut de le réduire au silence, fait tout pour le rendre inéligible…© Sergey Ponomarev/The New York Times-Redux-RÉA

La répression se durcit en Russie. Au début du mois de février, des centaines de milliers de manifestants, dont de très nombreux jeunes, descendaient dans la rue pour réclamer la libération de l’opposant Alexei Navalny.

“La liberté de manifester, la liberté d’expression sont défendues partout dans le monde par le syndicalisme européen, elles justifient la remise en liberté d’Alexei Navalny.”

Yvan Ricordeau, secrétaire national CFDT responsable de l’international

Fait nouveau, les mobilisations ont eu lieu dans plus d’une centaine de villes russes, y compris dans les provinces les plus éloignées de la capitale. Les arrestations se comptent par milliers, dans des conditions souvent indignes. « La liberté de manifester, la liberté d’expression sont défendues partout dans le monde par le syndicalisme européen, elles justifient la remise en liberté d’Alexei Navalny, rappelle Yvan Ricordeau, secrétaire national CFDT responsable de l’international. Le respect de ces droits fondamentaux nécessite une réponse ferme et coordonnée au niveau européen. »

Un pouvoir agacé

Pour rappel, Alexei Navalny, hospitalisé pendant cinq mois à Berlin après son empoisonnement au Novitchok en Russie, le 20 août dernier, était arrêté dès son retour en Russie le 17 janvier puis condamné à trois ans et demi de prison, sur la base d’une accusation peu solide dont l’unique finalité est de le rendre inéligible. En réalité, les enquêtes très documentées de l’équipe de Navalny sur la corruption à grande échelle qui ruine le pays, relayées sur les réseaux sociaux, agacent le pouvoir.

La corruption dévoilée

À propos de l'auteur

Marie-Nadine Eltchaninoff
Journaliste

La dernière vidéo publiée sur YouTube, qui dévoile les fastes du palais construit par Vladimir Poutine sur les bords de la mer Noire, est devenue virale avec pas moins de 100 millions de vues. L’opposition acquiert ainsi, malgré l’emprise de la propagande sur la population, une plus grande visibilité à l’intérieur du pays, notamment auprès d’une jeune génération qui, née sous le règne de l’actuel président, aspire à un changement démocratique.