Fonction publique territoriale : Les pompiers en grève cet été abonné

Après les urgences médicales, les pompiers : sept syndicats de pompiers professionnels réunis en intersyndicale ont déposé un préavis jusq'au au 31 août.

Par Marie-Nadine Eltchaninoff— Publié le 25/07/2019 à 08h04

Une grève pendant laquelle ils continueront d’assurer les interventions. Comme aux urgences, c’est le manque criant d’effectifs qui est la principale cause de la colère des pompiers, inquiets de ne plus pouvoir exercer leurs missions dans des conditions minimales de sécurité. Un fourgon à incendie censé embarquer six agents sur chaque opération doit aujourd’hui se limiter à quatre. « Nous étions 40 000 pompiers professionnels en France en 2009 ; nous sommes le même nombre aujourd’hui alors que pendant la même période le nombre d’interventions a augmenté de 15 % !, explique Sébastien Bouvier, chargé de mission Sdis (services départementaux d’incendie et de secours) lien vers le contenu : Interco. La demande de secours aux personnes [en cas de malaise ou d’accident], qui constitue 80 % de notre activité, ne cesse de croître. Les comportements ont changé, on appelle le 18 de façon parfois injustifiée, souvent faute de médecin de garde disponible. Nous subissons les conséquences des déserts médicaux. La situation est devenue intenable. » Sans compter les agressions d’agents, qui se multiplient…

L…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous