La CFDT, FO, l’Unsa et le patronat de la branche alertent sur la situation des saisonniers

iconeExtrait de l’hebdo n°3766

Par Nicolas Ballot— Publié le 22/02/2021 à 09h19

image
© DR

« Si les travailleurs des première et deuxième lignes sont bien identifiés et pris en compte à juste titre par les politiques publiques, nous ne pouvons accepter que les travailleurs saisonniers du secteur [du tourisme social et familial] deviennent les oubliés d’une crise qui les touche de plein fouet. » Dans un courrier commun aux ministres de l’Économie, des Finances et de la Relance, du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion ainsi qu’au secrétaire d’État chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie, la Fédération CFDT des Services, ses homologues de FO et de l’Unsa ainsi que les organisations patronales de la branche alertent, une nouvelle fois, sur l’urgence d’agir pour les salariés saisonniers en apportant des garanties aux entreprises du secteur, durement fragilisé par la crise sanitaire.

En effet, les quelque 1 000 entreprises du secteur – qui emploient plus de 40 000 salariés (13 000 en équivalent temps plein), majoritairement saisonniers – font face aux conséquences de la crise sanitaire avec des pertes cumulées d’environ 600 millions d’euros pour la période de mars à octobre 2020. Un montant qui devrait malheureusement s’accroître du fait de la situation sanitaire.

Une meilleure prise en charge des travailleurs saisonniers

C’est pourquoi les partenaires de la branche demandent au gouvernement des gages en matière de sécurisation juridique sur la prise en charge annoncée par le dispositif d’activité partielle des saisonniers embauchés, « condition sine qua none à leurs embauches », notamment la programmation jusqu’à la fin décembre 2021 de la prise en charge de l’activité partielle à 100 %, visant les « secteurs protégés ». Mais également la mise en place de modalités spécifiques et transitoires de prise en charge des saisonniers par le régime de l’assurance-chômage avec la prolongation jusqu’à la fin de l’année de l’allocation des saisonniers.

Leur courrier se conclut en rappelant que « ces mesures nous paraissent aujourd’hui indispensables pour la préservation d’un tourisme de qualité, faisant vivre les territoires et accessible à tous nos concitoyens ».