Le refus d’une négociation sur les carrières des agents courrouce la CFDT

temps de lectureTemps de lecture 2 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3778

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 12/05/2021 à 07h37

image
© DR

« La CFDT ne peut cacher sa déception devant cette réponse : d’une part, rien ne laisse entrevoir la possibilité d’une mesure générale, seule à même de concerner l’ensemble des agents publics. […] D’autre part, la demande d’ouverture d’une négociation pour améliorer les carrières des agents publics reste sans réponse. » C’est en ces termes que la CFDT-Fonctions publiques a réagi le 10 mai dernier à la fin de non-recevoir adressée quelques jours plus tôt par Amélie de Montchalin sur l’ouverture d’une négociation salariale. Dans son courrier daté du 4 mai, la ministre cite des mesures qui ont d’ores et déjà été prises (Ségur de la santé, alignement sur le Smic pour les plus bas salaires, PPCR, mesures catégorielles diverses…). 

Un pêle-mêle nuancé par la CFDT, qui rappelle que « les mesures dites catégorielles (Ségur de la santé, Grenelle de l’éducation, Beauvau de la sécurité…) ne concernent jamais l’ensemble des agents, même dans les ministères concernés, ce qui est source d’incompréhension et de déception ». Devant ce qu’elle considère être un mépris des agents, la CFDT Fonctions publiques « appelle la tenue d’une réunion avec la ministre » (en amont du rendez-vous salarial de juillet prochain) et souhaite pouvoir « échanger avec l’ensemble des organisations syndicales pour construire une réponse utile et efficace, qui tienne compte du contexte sanitaire et social ». Elle est, pour l’heure, la seule à avoir publiquement réagi.