Suite à un problème technique, il est actuellement impossible d’accéder à l'espace abonné du site et nous vous prions de nous en excuser. Nos équipes techniques mettent tout en œuvre pour y remédier au plus vite.

Les cinq syndicats représentatifs demandent une remise à plat de la réforme de l’assurance-chômage

temps de lectureTemps de lecture 3 min

Par Nicolas Ballot— Publié le 23/02/2021 à 16h58 et mis à jour le 02/03/2021 à 06h36

image
© Pôle emploi

Le fait est suffisamment rare pour confirmer la gravité de la situation : les cinq syndicats représentatifs – CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT et FO – ont signé, le 23 février, une déclaration commune afin de rappeler au gouvernement qu’elles « demeurent en profond désaccord avec le principe fondateur de [la réforme de l’assurance-chômage] selon laquelle la baisse des allocations chômage inciterait à un retour plus rapide à l’emploi ». Pour les organisations syndicales, alors que « les conséquences de l’épidémie [de Covid-19] sont dans toutes les têtes et que nombre d’incertitudes demeurent sur les plans sanitaire, économique et social », « le gouvernement s’apprête à mettre en œuvre une réforme de l’assurance-chômage dont les conséquences pèseront lourdement sur le quotidien des femmes et des hommes qui perdent leur emploi ».

Les premiers travaux de l’Unédic confirment d’ailleurs que les conséquences de la mise en œuvre de la réforme voulue par le gouvernement seront « lourdes pour les demandeurs d’emploi, largement concentrées sur les plus précaires ».

Améliorer les droits plutôt que les réduire

Après avoir réaffirmé solennellement et collectivement que « le chômage n’est pas un choix » et que « les demandeurs d’emploi doivent bénéficier d’une assurance-chômage garantissant à la fois un revenu de remplacement […] et un accompagnement adapté aux besoins de chacune et chacun », les syndicats rappellent qu’en dépit de leurs « différences d’approche », depuis plus de soixante ans, ils « ont fait vivre en responsabilité l’assurance-chômage par la négociation sociale et la gestion paritaire, pour élargir la protection de millions de travailleurs et d’entreprises », et que « l’assurance-chômage, assurance sociale basée sur la cotisation, a prouvé son utilité, notamment lors des différentes crises économiques, sociales ou sanitaires »

Et de conclure qu’« une remise à plat est nécessaire : l’assurance-chômage doit être adaptée à la situation des demandeurs d’emploi pour améliorer leurs droits ». Reste désormais à attendre la réponse du gouvernement…