Suite à un problème technique, il est actuellement impossible d’accéder à l'espace abonné du site et nous vous prions de nous en excuser. Nos équipes techniques mettent tout en œuvre pour y remédier au plus vite.

Mobilités durables : tous en selle abonné

Depuis bientôt un an, une dizaine de sections syndicales des Hauts-de-Seine et des Yvelines se sont regroupées au sein du collectif « Vélotaf CFDT » afin de promouvoir les mobilités douces. Ces militants tout terrain, qui encouragent la pratique du vélo, agissent auprès des employeurs et des collectivités territoriales pour mener à bien leur « vélorution ».

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 10/06/2020 à 10h12

image

Brûler des calories, économiser de l’argent, réduire les émissions de gaz à effet de serre… « Les raisons de se mettre au vélo ne sont plus à prouver. Cette crise sanitaire nous montre que les modes de déplacement en Île-de-France doivent être totalement repensés et adaptés à la réalité des usages et des usagers », lance Hervé, militant CFDT et élu au sein de l’entreprise industrielle aéronautique et spatiale MBDA, basée au Plessis-Robinson (92). Les mesures de distanciation physique prises à la suite au déconfinement dans les transports en commun viennent ajouter à la saturation structurelle des réseaux RATP et SNCF, mais aussi aux interminables bouchons qui engorgent le réseau routier francilien.

Pour Hervé, cycliste convaincu, il est grand temps de se tourner vers les modes de circulation doux. Un objectif qu’il partage avec les militants et adhérents CFDT de plusieurs entreprises du bassin d’emploi de Vélizy-Noveos, qui s’étend de Clamart (92) à Vélizy-Villacoublay (78) et de Châtenay-Malabry (92) au Plessis-Robinson. Salariés de Dassault, Safran, Thalès, Renault, PSA ou encore Altran, ils se sont organisés au sein du collectif Vélotaf-CFDT afin de peser auprès de leurs interlocuteurs locaux et rendre au vélo la place qui est la sienne sur leur territoire. « Nous sommes de plus en plus nombreux à être sensibles à ce sujet, précise Hervé. Les sections CFDT qui veulent nous rejoindre sont les bienvenues ![1] » L’ambition de ces militants est de pouvoir offrir une alternative aux 85 000 salariés qui se croisent, pour la plupart en voiture, chaque jour, matin et soir, pour rejoindre leur poste de travail dans l’une des 7 800 entreprises de la zone d’activité. Un va-et-vient incessant qui multiplie les nuisances, « sans oublier tout le stress et la fatigue que ces déplacements peuvent engendrer chez les salariés et les riverains », souligne Hervé.

Lever les freins à la pratique du vélo

Une enquête menée localement révèle que seuls 2 % optent pour le vélo comme moyen de transport, alors qu’un salarié sur cinq habite à moins de 30 minutes à vélo de son lieu de travail. Peut mieux faire. Par ailleurs, l’Insee, dans une étude parue en 2019, rappelle que si « un tiers des salariés français, soit 7,5 millions de personnes, vivent et travaillent dans la même commune, ils sont 51% à…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous