N’oublions pas les personnels des services funéraires !

iconeExtrait de l’hebdo n°3773

Par Nicolas Ballot— Publié le 07/04/2021 à 09h35 et mis à jour le 07/04/2021 à 09h50

image
© DR

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, ils assurent sans relâche et souvent sous tension leur mission de service public. Pourtant, les salariés des services funéraires font figure de grands oubliés quand il s’agit de reconnaître leur risque d’exposition au virus ou de les faire inscrire parmi les personnels prioritaires pour la garde d’enfants. Et cela alors que « l’ensemble des opérations funéraires sont réalisées sous la double contrainte de la pandémie impliquant le confinement et de l’obligation de poursuivre l’activité dans un mode d’urgence qui supprime les rituels de deuils habituels de chacun ». Ce qui rend la « situation difficile à vivre pour les travailleurs et les familles ».

Des travailleurs “invisibles” en attente de reconnaissance

La Fédération Interco interpelle aujourd’hui le gouvernement et les employeurs locaux afin de permettre aux travailleurs des services funéraires d’être mieux considérés et de bénéficier de la « reconnaissance promise par le président de la République aux travailleurs de la deuxième ligne ». D’après Claire Le Calonnec, secrétaire générale de la fédération CFDT, « il est plus que temps que la solidarité nationale concerne aussi ces travailleurs invisibles. Les pouvoirs publics doivent prendre toutes les mesures pour garantir l’accueil de leurs enfants ». Une mesure de solidarité ô combien nécessaire à la qualité du service rendu aux familles endeuillées.