Pacte du pouvoir de vivre : Faire vivre la démocratie abonné

Le 5 mars, le Pacte du pouvoir de vivre fêtait sa première année d’existence. À l’occasion des élections municipales, les signataires ont présenté dix mesures sociales et environnementales à mettre en place dans les communes.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 11/03/2020 à 15h37 et mis à jour le 14/01/2021 à 13h59

Le 5 mars, les organisations du Pacte de pouvoir de vivre se sont retrouvées aux Grands Voisins, à Paris, pour souffler la première bougie du collectif. Un an plus tôt, la CFDT et 18 organisations issues de la société civile décidaient de travailler ensemble en vue de répondre à l’urgence sociale et écologique que connaît le pays. « Une initiative extrêmement bienvenue, qui met l’ensemble des familles autour d’objectifs communs, rappelle-t-on du côté d’Oxfam France. Le Pacte, c’est l’espoir. » Garantir un bouclier de services publics dans tous les territoires, construire une solidarité intergénérationnelle, accueillir dignement les migrants ou développer des mobilités plus durables et sortir de la dépendance aux énergies fossiles… Les partenaires présentaient alors 66 propositions afin de donner à chacun le pouvoir de vivre. Puis, à l’occasion d’un tour de France du Pacte, ils se sont mobilisés au sein des territoires pour rencontrer et convaincre les acteurs.

Des solutions à chercher ensemble

Aix-en-Provence, Bordeaux, Caen, Dijon, Liévin, Nancy, Nantes… 2 600 personnes au total sont venues échanger et proposer. « Nous n’avons pas toutes les solutions, on est là pour les chercher ensemble ! », explique Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre. Le collectif s’est d’ailleurs bien étoffé : 55 organisations, représentant des millions de militants et de bénévoles, portent « cette vision commune d’un nouveau projet de société, se félicite le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. Et nous sommes décidés à faire entendre ce besoin de transformation dans les territoires et les entreprises ». C’est parce que cette énergie et cette ambition commune ne faiblissent pas que les organisations ont décidé, à l’occasion du premier anniversaire du Pacte, d’interpeller les candidats aux élections municipales, les 15 et 22 mars prochains, en présentant dix mesures écologiques et sociales incontournables. « Nos propositions sont valables pour tous les territoires, du petit village à la capitale, insiste Christophe Robert. Partout les gens galèrent en silence, partout les gens rament. »

L’échelon local, un formidable levier d’action

Or c’est là l’ambition du Pacte du pouvoir de vivre : bâtir un cadre commun protégeant notre avenir et celui des générations futures, remettre l’exigence de justice sociale et l’environnement au cœur de l’économie, cesser de faire du court terme l’alpha et l’oméga de nos politiques publiques et partager le pouvoir afin que chacun puisse prendre sa part à la transformation de nos vies et de notre quotidien. Selon les différentes organisations, les élections municipales constituent une opportunité dont les citoyens doivent se saisir pour peser sur leur préoccupation du quotidien : alimentation saine, mobilités douces, logement digne, accès de tous aux soins. Si les futurs édiles, qui seront à la tête de leur mairie pour les six prochaines…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous