Que contient le calendrier actualisé de l’agenda social ?

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3774

Par Anne-Sophie Balle— Publié le 15/04/2021 à 13h31 et mis à jour le 16/04/2021 à 08h08

image
DR

Près d’un mois après la tenue d’une troisième conférence de dialogue social, le ministère du Travail a dévoilé, à la mi-avril, sa nouvelle version du calendrier 2021 des concertations tripartites et autres négociations de branche à venir. Parmi les six chapitres qui figurent à l’agenda social, celui consacré aux « réponses à la crise » a été largement étoffé afin d’intégrer la stratégie de « sortie de crise » actée lors de la conférence sociale de mars. Trois phases de discussions, comprises de mars à la fin septembre, doivent notamment permettre d’anticiper la sortie de crise et de préparer les changements structurels induits par celle-ci. A ce nouveau chantier de la gestion de crise se juxtapose la poursuite des discussions autour des « métiers en tension », qui prendront la forme de travaux de branche à partir de la mi-mai.

Au sujet de la formation professionnelle

Ayant sorti le dossier de l’assurance-chômage, qu’il considère comme clos, le gouvernement concentre son chapitre consacré au « suivi des réformes » à la seule question de la formation professionnelle. Pour mémoire, celle-ci doit faire l’objet d’une double concertation : d’un côté, patronat et syndicats ont choisi d’évaluer la loi Avenir professionnel dans le cadre de leur agenda social autonome ; de l’autre, les questions de gouvernance seront traitées dans le cadre de l’agenda social tripartite à partir de la mi-mai.

Au chapitre des « formes particulières d’emploi », priorité est désormais donnée aux travailleurs de la deuxième ligne, pour lesquels des négociations de branche doivent s’ouvrir d’ici à la fin juillet. Quant au travail détaché, c’est sur la base d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) prévu pour avril que s’ouvriront, d’ici à la fin de l’année, des discussions de branche.

Quid de la protection sociale et de l’autonomie ?

Deux points initialement inscrits à l’agenda social semblent en revanche avoir été momentanément rangés au placard : l’évolution de la protection sociale et son financement. Aucun élément de calendrier n’est pour l’heure spécifié par exemple sur la gouvernance et le pilotage financier de l’assurance-chômage, contrairement aux engagements du ministère du Travail d’engager une concertation sur ce sujet à partir d’avril. Le dossier de l’autonomie a quant à lui été officiellement sorti de l’agenda social.