Revalorisation salariale pour 230 000 salariées de la branche de l’aide à domicile

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3773

La CFDT a obtenu de l’État l’agrément de l’avenant 43 permettant la revalorisation des salaires et la révision des grilles de classifications au 1er octobre.

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 08/04/2021 à 09h45 et mis à jour le 08/04/2021 à 09h50

La reconnaissance salariale des salariés de la branche de l’aide à domicile pourrait permettre de renforcer l’attractivité de secteur oublié du Ségur de la santé.
La reconnaissance salariale des salariés de la branche de l’aide à domicile pourrait permettre de renforcer l’attractivité de secteur oublié du Ségur de la santé.© Marta Nascimento/RÉA

Enfin ! Après dix-huit mois de négociation, un premier refus d’agrément à la fin 2020 et de multiples journées de mobilisation à travers l’opération « #EtNous ! », le gouvernement a fini par reconnaître l’urgence et admettre « l’obsolescence de la convention collective datant de 2010 pour un secteur trop longtemps oublié ».

Tweet de la CFDT-Santé-Sociaux du 3 avril 2021

Et d’annoncer, au début avril, l’agrément de l’accord de revalorisation des salaires de la branche de l’aide, de l’accompagnement, des soins et des services à domicile. « C’est une reconnaissance pleine et entière pour ces salariées [98 % sont des femmes] qui permettent à plus d’un million de nos concitoyens de bien vieillir à domicile, réagit Clotilde Cornière, secrétaire nationale de la CFDT-Santé-Sociaux. En cette période difficile, l’apport de ces salariées auprès des familles en difficulté est enfin reconnu par les pouvoirs publics. » Des personnels épuisés, qui travaillent en première ligne dans des conditions souvent précaires. Car la plupart d’entre elles sont à temps partiel non choisi et perçoivent un salaire moyen n’excédant pas 930 euros bruts mensuels.

Des rémunérations boostées

Dès le 1er octobre, les nouvelles classifications et majorations de rémunérations négociées par la CFDT vont entraîner une augmentation salariale de 13 % à 15 %. D’ailleurs, d’après les données du ministère des Solidarités et de la Santé, seulement 43 % des aides à domicile accèdent à une rémunération conventionnelle supérieure au Smic après dix-sept ans d’ancienneté.

Avec les nouvelles classifications, une agente à domicile sans diplôme gagnera 99 euros bruts supplémentaires par mois, explique la Fédération Santé-Sociaux. « Il lui aurait fallu trente ans d’ancienneté pour atteindre cette rémunération dans l’ancien système ! » Et une auxiliaire de vie possédant un diplôme d’État d’aide-soignant verra son salaire mensuel augmenter de 362 euros bruts. « Avec la grille actuelle, elle n’aurait pu espérer ce salaire qu’en… 2040 ! »

À propos de l'auteur

Guillaume Lefèvre
Journaliste

Autre avancée, les salariées qui entreront sans qualifications verront leur expérience acquise et les formations prises en compte dans le déroulement de leur carrière. « On est fier ! », résume Clotilde.