Saisonniers d’été : un courrier adressé à la ministre du Travail

temps de lectureTemps de lecture 3 min

iconeExtrait de l’hebdo n°3773

Par Fabrice Dedieu— Publié le 13/04/2021 à 12h00

image
© DR

Dans un courrier daté du 29 mars adressé à la ministre du Travail, Élisabeth Borne, plusieurs organisations patronales des hôtels-cafés-restaurants (GNI, UMIH, SNRTC et GNC), avec la signature de deux organisations syndicales (CFDT et CFE-CGC) demandent des mesures spécifiques pour la saison d’été. L’enjeu : permettre l’embauche de travailleurs dès maintenant et leur faire bénéficier de l’activité partielle (comme cela avait été le cas pour les saisonniers de l’hiver 2020-2021), en attendant de connaître la date d’ouverture des établissements. « Cela éviterait à ces nombreux salariés d’être contraints de quitter la branche des HCR pour exercer une saison dans une autre branche que celle pour laquelle ils ont été formés », précise le courrier.

La CFDT obtient l’ouverture d’une négociation

Si cette demande « n’est pas, en cette période très difficile, nuisible aux salariés, au contraire », comme explique Stéphanie Dayan, secrétaire nationale de la CFDT-Services, la fédération n’est pas dupe : « Le patronat demande ça au gouvernement sous couvert de l’hyper-précarité des salariés. Mais c’est plus pour avoir sous la main des saisonniers » dès la réouverture, alors que le secteur manque drastiquement de main-d’œuvre.

C’est pourquoi, en contrepartie de sa signature, la CFDT-Services a exigé et obtenu de la part de l’UMIH (organisation patronale majoritaire du secteur) l’ouverture de négociations afin de pousser ses revendications (favoriser les contrats plus protecteurs comme le CDI intermittent, par exemple) et conditionner les aides aux employeurs.