Suite à un problème technique, il est actuellement impossible d’accéder à l'espace abonné du site et nous vous prions de nous en excuser. Nos équipes techniques mettent tout en œuvre pour y remédier au plus vite.

Trois chantiers prioritaires de l'agenda social abonné

• Après avoir restructuré l’agenda social, la ministre du Travail entamait à la fin septembre une série de concertations avec les partenaires sociaux.

• Une nouvelle conférence sociale organisée par Matignon se tiendra pendant la dernière semaine d’octobre.

Par Anne-Sophie Balle— Publié le 01/10/2020 à 14h07

image

La semaine s’annonçait dense pour les partenaires sociaux. Le 21 septembre, tous avaient reçu le calendrier des « réunions paritaires thématiques » fixées par l’exécutif comme les chantiers prioritaires de ces prochaines semaines. Dans un agenda social remodelé en six blocs selon le degré d’urgence, trois vont être prioritaires : les nouveaux modes de travail et la reconnaissance des salariés, le suivi des réformes, le suivi du plan de relance.

Les réunions auraient dû commencer sur le partage de la valeur, qui regroupe l’intéressement, l’actionnariat salarié, la participation à la gouvernance des entreprises mais aussi la santé au travail et le télétravail. Mais la première rencontre, fixée au 29 septembre, a finalement été annulée à la demande du Medef au profit d’une phase de consultation préalable, ce qui a provoqué un certain agacement côté syndical. « Nous souhaitons vivement que cette concertation soit rétablie un peu plus tard, si le problème du Medef est bien celui du temps… », a réagi la CFDT, tout en rappelant que les enjeux relevant du partage de la valeur ajoutée ont fait l’objet d’un diagnostic partagé en mars 2019. « Établir les conditions d’une juste répartition des richesses ne pourra se réduire à des discussions sur l’intéressement et la participation. Il s’agit avant tout de la juste reconnaissance salariale du travail fourni et des compétences mises en œuvre, mais aussi du partage du pouvoir dans l’entreprise. »

Dossiers sensibles…

En attendant une nouvelle date, « il va falloir commencer dans le dur, tout de suite », glisse la CFDT. Le deuxième groupe paritaire, portant sur le « suivi des réformes », a lancé ce 30 septembre les travaux de la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. « La ministre souhaite aborder le…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous