Suite à un problème technique, il est actuellement impossible d’accéder à l'espace abonné du site et nous vous prions de nous en excuser. Nos équipes techniques mettent tout en œuvre pour y remédier au plus vite.

Un accord trouvé sur le CSP pour les licenciés économiques abonné

Il y a quelque chose de politique dans l’accord trouvé ce 8 janvier par les partenaires sociaux (hormis la CGT) relatif au contrat de sécurisation professionnelle. 

Par La rédaction— Publié le 27/01/2020 à 12h35 et mis à jour le 14/01/2021 à 13h59

Créé en 2011, ce dispositif d’accompagnement et d’indemnisation destiné aux licenciés économiques des entreprises de moins de mille salariés et celles en redressement ou liquidation judiciaire devait être revu eu égard aux nouvelles règles d’assurance-chômage. Rien d’évident, pourtant, tant le rejet de la réforme de l’assurance-chômage demeure vivace côté syndical.

Un dispositif de qualité


Le CSP facilite le retour à l’emploi

Une étude de la Dares publiée en janvier démontre que 67 % des bénéficiaires du CSP inscrits après la mise en place des nouvelles règles (2015) ont obtenu un emploi dans les deux ans suivant leur inscription à Pôle emploi, contre 58 % des autres chômeurs. Par ailleurs, 41 % ont accédé à un emploi stable dans les vingt-quatre mois suivant leur inscription, contre 32 % des autres licenciés économiques.

L’accord trouvé acte trois pans essentiels de l’indemnisation visant à maintenir la philosophie du CSP et les garanties d’un bon accompagnement aux licenciés économiques. Et fait « la démonstration qu’en négociant, nous parvenons à aboutir à un dispositif de meilleure qualité que quand le gouvernement décide seul », résume Yvan Ricordeau, chef de file CFDT. D’abord, il rappelle qu’aucune dégressivité des allocations ne pourra être appliquée pendant toute la durée du CSP, soit douze mois. Mais c’est sur les conditions d’affiliation que porte le…

Pour continuer de lire cet article, vous devez être abonné.

s'abonner

Déjà abonné ? Connectez-vous