Le dispositif du CPF se développe

Extrait de l’hebdo n°3761

Le compte personnel de formation a fait sa mue il y a un peu plus d’un an avec l’application sur téléphone, « moncompteformation », qui permet de connaître le montant de son CPF en euros, sélectionner et s’inscrire à une formation.

Par Marie-Nadine Eltchaninoff— Publié le 21/01/2021 à 11h19

Les acteurs susceptibles d’abonder le CPF (Pôle emploi, les régions et les entreprises) peuvent désormais le faire directement. L’objectif d’un accès facilité à la formation, voire une certaine démocratisation, a-t-il été atteint ? Avec un million de formations financées en 2020 pour un montant global d’un milliard d’euros, les résultats sont au rendez-vous, a estimé Michel Yahiel, directeur des retraites à la Caisse des Dépôts (le gestionnaire du dispositif) lors d’une table ronde sur le CPF organisée par l’Association des journalistes de l’information sociale le 19 janvier. Il note « une modification du public cible habituel, la parité femmes-hommes, deux bénéficiaires sur trois qui ne sont pas des cadres ».

Montée en compétences

À propos de l'auteur

Marie-Nadine Eltchaninoff
Journaliste

Un satisfecit partagé par Yvan Ricordeau, secrétaire national responsable de la formation professionnelle, qui a rappelé l’origine du CPF, né de l’accord signé entre les partenaires sociaux en 2014 : « Nous sommes fiers de ce début de réussite ; la mise en relation entre bénéficiaires et acteurs de la formation semble plus fluide. Attention, toutefois, à ne pas résumer les enjeux de la formation professionnelle à la question de l’utilisation du CPF par le salarié. » Yvan Ricordeau a ainsi souligné que le CPF, faute d’un dialogue social plus dynamique, ne joue pas encore son rôle de levier de montée en compétences des salariés dans l’entreprise : seuls 4 000 salariés ont bénéficié d’un abondement de leur employeur l’an passé.