La négociation sur le télétravail dans la Fonction publique peut (enfin) commencer

temps de lectureTemps de lecture 3 min

Par Guillaume Lefèvre— Publié le 12/05/2021 à 08h18 et mis à jour le 12/05/2021 à 15h23

image
© DR

Et maintenant, transformer l’essai. Après la signature unanime de l’accord de méthode télétravail le 11 mai dernier, les organisations vont enfin pouvoir rentrer dans le vif du sujet. Le 20 mai se tiendra la première séance de négociation à proprement parler. Deux autres séances, les 8 et 20 juin, sont déjà programmées, l’objectif d’aboutir avant l’été. Douze thématiques ont été retenues, parmi lesquelles le sens et la place du télétravail, l’articulation avec la qualité de vie et les conditions de travail, la charge de travail ou encore le télétravail comme levier de l’amélioration des pratiques managériales, régulièrement pointée du doigt pas les agents sur le terrain.

Le plus dur commence

La CFDT Fonctions publiques qui demande l’ouverture de cette négociation depuis plus d’un an se réjouit de cette signature unanime, « signe d’un dialogue de qualité et d’engagements partagés », et promet de s’engager pleinement dans la négociation. « Il en va de l’amélioration de la qualité de vie au travail des agents, de leurs conditions de travail et de la vie des collectifs de travail dont chacun a pu mesurer l’importance ces derniers mois » insiste Carole Chapelle.

Autre enjeu et pas des moindre, faire vivre le dialogue social dans la fonction publique. Il s’agit en effet de la première négociation qui va se dérouler dans le cadre de l’ordonnance du 17 février sur la négociation collective dans la fonction publique. En cas d'accord majoritaire, les avancées obtenues par les partenaires sociaux auront force de loi. Autrement dit, l'Etat ne pourra plus se dédouaner.